« A reluctant heroes story »
2// UN CRUEL DESSEIN, UN SOMBRE DESTIN ;; Contexte «
RSS
RSS



 
Derniers sujets
» Fermeture définitive de VIK
Lun 3 Sep - 16:08 par Invité

» Les news d'Insomnia ♥ !
Mer 15 Aoû - 5:20 par Invité

» News d'Astrophel City
Mar 7 Aoû - 22:30 par Levi Ackerman

» Atumn Alexander
Dim 5 Aoû - 22:50 par Levi Ackerman

» D.Gray-Man – L'Eveil de l'Innocence
Ven 3 Aoû - 1:18 par Levi Ackerman

» Hell Dorado
Ven 3 Aoû - 0:51 par Levi Ackerman

» Death Note RPG
Mer 1 Aoû - 11:27 par Levi Ackerman

» Absence(s) - Erwin Smith
Dim 29 Juil - 0:10 par Erwin Smith

» // MàJ n°1 terminée !
Jeu 26 Juil - 19:54 par Invité


2// UN CRUEL DESSEIN, UN SOMBRE DESTIN ;; Contexte «

 :: Le rideau tombe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 17 Juil - 14:57

Recherches ;; Lettre n°107

Censure



A l’heure qu’il est, je suis probablement mort. Ceci est sans doute la dernière lettre que j’écris. Symboliquement, c’est la 107ème lettres de mes recherches. La toute dernière.

8 Février 849 –



Depuis toujours, je me pose de très nombreuses questions.
Qu’est-ce qu’il s’est passé avant 743 ? Comment vivaient les gens ? Est-ce qu’ils étaient en conflit ? En paix ? Comment était le monde avant que tout bascule ? Nous n’avons à ce jour aucune réponse, aucun élément susceptible de nous faire avancer.

Pire, nous avons l’impression que nous régressons au fil du temps.

Parviendrons-nous à percer l’origine des titans ? A découvrir ce qu’il se cache derrière ces monstres assoiffés de sang ? Pourquoi ils nous ont obligé à nous réfugier derrière d’immenses remparts ?

Je suis sûr et certain qu’on nous cache quelque chose. Mais impossible de savoir quoi. J’ai l’impression… De louper quelque chose, mais quoi ? Je l’ignore. J’en suis fatigué et malade de chercher la vérité. J’espère juste que quelqu’un, un jour, quelque part, pourra trouver ce qu’il en est.

Même si je ne serai peut-être plus là pour en parler ou pour écouter… Les générations futures, elles, connaîtront enfin la véritable version de ce qu’il s’est passé il y a si longtemps. Je ne peux pas croire qu’on est là par la force des choses, et qu’il ne reste que nous. C’est impossible. Le monde est vaste…

Des lacs gelés, des montagnes de feu, du sable brûlant, des immenses étendues d’eau, c’est ce qu’il y aurait au-delà des murs, mais ils nous empêchent d’apprendre quoi que ce soit de l’Extérieur. S’y intéresser et passible de peine de mort.

Et j’étais sûr que j’étais le prochain sur leur liste.
Je m’y intéresse beaucoup trop, j’ai volé des tas de livres qui traitent de la question… Des livres bien gardés, que j’ai pu dérober. Ces livres qui devraient sans doute rester cachés, pour ne pas provoquer la curiosité du peuple, et donc l’inciter à se soulever pour obtenir des réponses. Le Gouvernement n’est pas idiot. Ils entretiennent la haine du peuple à détester ceux qui s’intéressent au monde Extérieur. On appelle ces gens-là les Hérétiques, ceux qui ont la curiosité d’en apprendre davantage, et ils se font lyncher à tous les niveaux, tous les âges.

Mais ça ne se passera pas comme ça. D’ici quelques années, le Gouvernement finira par tomber, j’en suis certain.

Quel dommage… J’avais tellement de réponses à donner… Des choses que j’ai pu découvrir au fil des années… Quel dommage, qu’ils aient réussi à finalement m’attraper.

Au début de cette page, j’ai dit que je me posais de nombreuses questions. J’avais trouvé les réponses à pas mal d’entre elles, que j’étais prêt à partager avec le peuple.

Ceci sont les derniers mots de mes nombreuses lettres. J’espère qu’elle, comme toutes les autres, ne tomberont pas entre de mauvaises mains, bien que maintenant, ce n’est plus mon problème.

Je te salue, toi qui me lis actuellement, toi qui m’a lu jusqu’au bout.
Amicalement,
Haytham.
 
avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 02/04/2018
Revenir en haut Aller en bas
Mar 17 Juil - 14:57

Comme un jour sans fin

L'histoire se répète



Ces trois bouts de texte sont le témoignages de deux hommes dont les travaux et les recherches ont tenté de changer le cours des choses. Malheureusement, coupés dans leur élan, ces deux hommes sont aujourd'hui disparus. Néanmoins, ces témoignages ont été rendu public par le Gouvernement de Fritz, pour rappeler aux Hommes ce qu'il s'est passé, pour ne pas oublier.

Avant 845

Il y a cent ans, l’Humanité vivait paisiblement. Elle était prédatrice, le reste était sa proie. Les hommes ne craignaient rien ni personne, ils s’imposaient en maître incontestable sur cette terre. Insouciants, orgueilleux, ils ne se souciaient guère des problèmes car ils savaient les gérer.

Quel dommage de perdre la vie en étant ignorant.

Il y a cent ans, l’Humanité découvrit l’existence de leur plus grande peur. L’humain vient de trouver son maître, le chasseur devint proie et ils n’avaient aucun moyen de se défendre. Grand, puissant, imposant, terrifiant, monstrueusement meurtrier, la faim du titan est insatiable et son envie de tuer l’est encore plus.

La grande majorité de l’Humanité périt en ce jour funeste, sans savoir d’où ils viennent, sans savoir pourquoi ils font ça, sans savoir pourquoi ils viennent de mourir. Les hommes restant bâtir alors des murs. Immense, imposant, bien plus que les titans eux-même qui firent pâle figure face à ces géants de roche.

Trois murs furent érigés, protégeant l’Humanité restante et grâce à eux, une nouvelle ère de paix démarra. Au prix de centaines, probablement de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont périt.

On ne se souvient pas de cette époque car elle est lointaine, mais sachez qu’elle existe et qu’elle existera toujours. Tout est lié à ce passé ignoré. Néanmoins, la paix a toujours été éphémère, et un drame tragique n’arrive jamais seul.

Profitez humains, la mort n’est jamais bien loin.

20 Juillet 840 ;; Haytham

An 845

Le monde tel qu’on l’a connu a cessé d’exister d’un simple coup de pied.
Un seul coup de pied. D’une créature de plus de cinquante mètres, annonciatrice de terreur, de chaos, de souffrance, de tristesse et de sang.

Lorsqu’on s’apprête à mourir, tout devient calme et silencieux autour de soi.

Tous les gens morts ce jour-là ne pensaient pas à cette tragédie qui s’est abattue brutalement sur eux, tel un coup de tonnerre dans le ciel.

Ils ont connu la peur, la douleur, le sang. Puis plus rien. Le vide, le noir, une existence éteinte, comme si elle n’avait jamais commencé. Tous ceux qui sont morts lors de la chute de Shiganshina ont eut de la chance. Certains sont morts dans la souffrance, d’autres sans aucune douleur. Le bilan reste le même. Ce fut un massacre sanglant, de cette menace qui a pratiquement décimée l’Humanité cent-deux ans auparavant.

Les hurlements, l’émeute pour s’enfuir, les chutes, les pertes… Les survivants se souviennent. Ceux qui ont eut la chance de survivre. Lorsque Maria est tombé, les autorités ont renvoyé les survivants dans une opération de reconquête. La version officielle disait ça, les gens les ont cru. La vérité ? Trop de bouches à nourrir et pas assez de moyens pour tous ces sans-abris. Ceux qui vivent se battent ou veulent oublier.

18 Novembre 848 ;; σ/ S.B

An 850

Le destin s’acharne.
Alors que l’Humanité se remet à peine de la perte de Maria, c’est le mur Rose qui est attaqué.
Le procédé est le même. Destruction du district Sud. La seule différence avec la fois précédente ? Un air de vengeance, une rage de vaincre et finalement, la victoire des soldats. Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’Humanité.

La mort plane, son odeur aussi mêlée à celle du sang, mais ce n’est rien. Toutes ces pertes ont servi à gagner. Tous ces morts ne le seront pas en vains, soldats comme civils. Leur mémoire sera toujours honorée, c’est le serment que s’est fait le Bataillon qui se bat avec la Garnison, qui sont les derniers remparts, le dernier bastion avant la population. Ils sont les armes tranchantes qui viennent à bout des titans. On les adule, on les adore, on les exècre, on les hue. Le quotidien de ces soldats, qui se battent pour les autres avant de servir leurs propres intérêts. Ces soldats qui donnent leur vie à la majorité.

Une vie n’est rien pour cent de sauvées. C’est dur, c’est implacable, c’est la loi des murs. Tu sors, tu meurs. Tu restes, tu meurs. L’issue reste la même, malheureusement. L’Humanité ne sait rien pour son propre bien. Beaucoup sont curieux, la curiosité les mènera à leur perte. Ils le savent, mais ne cesseront lorsque la vérité éclatera au grand jour.

Admirons ensemble la détermination et la loyauté du Bataillon ; la persévérance et la perspicacité de la Garnison ; la ruse et la discrétion de la Brigade. Tous ont leurs qualités, tous ont leurs défauts. On ne pourra néanmoins pas leur reprocher de servir l’Humanité d’une façon ou d’une autre.

Bonnes ou mauvaises actions, l’humain est juge de lui-même.

12 Septembre 850 ;; σ/ S.B

©️ VIK
Le contexte se situe aux alentours de l’épisode 20, juste avant que le Bataillon ne sorte pour une nouvelle expédition, juste avant de faire face au Titan Féminin donc.
avatar
Messages : 302
Date d'inscription : 02/04/2018
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le rideau tombe-
Liens utiles
Demande de rp
Levi Ackerman (www.)
Christa Lenz (www.)
Arunja Khan (www.)
Sujets récents